Rêveries et Langueurs

Rêveries et Langueurs

Sirène Neptune

Une mer de soie pour abriter nos vagues

Nos deux corps alanguis, deux coques qui divaguent

Douce houle qui nous porte et lentement s'agite

Et nos doigts qui s'effleurent et glissent sur nos dunes

Sous lueur pâlissante de reflet de la lune

Nos souffles s'unissent et les voiles qui s'enflent

Nos lèvres qui se cherchent toutes affamées de sel

La brise qui se lève pour nous donner des ailes

Nos doigts s'accrochent aux ondes, nos mots disent ce qu'ils pensent

Le marin cherche mer et la mer s'ouvre à lui

Il s'ennivre d'écûme, tombe dans les abysses

Courbet lui montre chemin de la "naissance du monde"

Lente danse qui s'impose à grotte gémissante

O flots impétueux chavirent dans leurs fonds

Neptune rugissant frappe de son trîdent

Le ciel de mille feux s'allume dans un cri

Mère Gé brûle en son ventre et nulle eau ne l'éteint

O l'ncroyable vague qui se brise en fracas

Enfantant de mille mots, Ouvrant tout grand nos bras



17/08/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres